L’étoile thoracique parmi les 10 oeuvres de la décennie 2010
2019-12-10
Klô Pelgag dévoile  »Rémora »
2020-02-06

Klô Pelgag dévoile  »Notre-Dame-Des-Sept-Douleurs »

Deux ans après avoir été couronnée « Artiste féminine de l’année » au gala de l’ADISQ et après avoir récolté quatre Félix pour son dernier opus « L’étoile thoracique », Klô Pelgag revient avec un nouvel album salvateur intitulé « Notre-Dame-des-Sept-Douleurs », disponible partout le 17 avril prochain sous l’étiquette Secret City Records. La pochette de l’album est un portrait exécuté par la peintre française Florence Obrecht. L’album est disponible dès maintenant en précommande, cliquez ici. Klô sera en concert à Montréal le 23 octobre prochain au MTelus ainsi que le 1er décembre à Paris. Les billets pour le MTelus seront en vente sous peu. Plus de dates de concert seront annoncées bientôt ainsi que les détails de la date à Paris.

Pour souligner l’annonce, Klô Pelgag partage aujourd’hui un court documentaire expliquant la genèse de ce nouveau disque ainsi que l’inspiration principale derrière sa création ; le village Notre-Dame-des-Sept-Douleurs ainsi que son double, imaginé par Klô enfant. Une réalisation de Baz, le documentaire a été tourné en décembre dernier.

Regardez le documentaire sur Notre-Dame-des-Sept-Douleurs en cliquant ici.

Klô nous raconte : « Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, c’est un endroit qui existe géographiquement, mais c’est aussi un endroit qui existe dans ma tête. Lorsque j’étais enfant, nous croisions la pancarte du village lors de nos trajets entre Sainte-Anne-des-Monts et Rivière-Ouelle. À chaque fois que je l’apercevais, je détournais le regard en frissonnant d’horreur. Ce nom me terrifiait. J’imaginais un village mourant aux maisons suppliantes, aux rues désertes et aux chaises grinçantes berçant encore le souvenir des déserteurs.Et voici qu’au lendemain de plusieurs années de surmenage, je me suis retrouvée exactement à cet endroit. Au centre de toutes mes angoisses, à ne plus savoir qui j’étais, à encaisser les coups et à me détester plus que quiconque. C’est un épais brouillard qui s’est installé à l’intérieur de ma tête, un ciel noir et opaque. J’habitais désormais cet îlot que j’avais moi-même construit, imaginé. J’étais couchée dans le noir sur le lit de l’arc-en-ciel.

Puis en août 2019, alors que je commençais à reprendre le dessus sur moi-même, je me suis décidée à aller visiter Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, le village. J’ai d’abord découvert une chose assez signifiante: c’est une île. J’ai pris le traversier et je suis arrivée dans un lieu idyllique. Un village aux chemins de terre ne comptant pas plus de 35 personnes et dont l’âme n’a pas été pervertie ni dénaturée par l’humain. Un village sans épicerie ni station-service. Un endroit magnifique. Avec des arbres et des fleurs, un phare, des maisons en bois colorées et du poisson dont la chair si pure démantelait ma définition de la couleur « rose ».

Le village que je m’étais imaginé enfant, je l’ai traversé lentement et je souhaite ne jamais y retourner. Maintenant, j’irai dans le vrai Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, celui où je mange du poisson qui sent le fleuve et dont la couleur me mystifie. »

SPECTACLES À VENIR

23 octobre @ MTelus, Montréal

1er décembre, Paris

21 février 2021 @ Impériel Bell, Québec